mercredi 18 juin 2014


2 commentaires:

  1. Bonjour Laureline,

    J'ai lu avec attention le texte et comprends le désarroi de nombre d'auteurs et le votre; ce que je comprends moins c'est la dernière phrase appelant à la solidarité avec les postiers étant postier moi-même et n'ayant pas l'impression d'avoir en quelque point que ce soit (rémunération, conditions de travail, carrière ou retraite) un statut comparable au votre ou aux très (bcp trop) nombreux précaires de ce pays.
    A mon sens, la seule précarité de La Poste c'est qu'il y a de moins en moins de lettres à distribuer ou de gens à rentrer dans les bureaux de poste mais il est vrai qu'il est plus difficile de lutter contre cela à l'heure d'internet.
    Ceci dit, je reste un postier absolument admiratif de votre travail et tout à fait solidaire de la cause défendue dans le manifeste...

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour Jean-Philippe !
    Ce tract a été rédigé tandis que les cheminots et les intermittents manifestaient. Il s'agissait, tandis que des auteurs participaient à ces manifestation en soutien, de pouvoir aussi expliquer en quoi consiste la situation des auteurs (que très peu de gens connaissent en fait), et en quoi la paupérisation va croissante chez nous aussi. J'avoue que de mon côté, je n'ai pas suivi ce qui se passe chez les postiers. Mais puisque vous semblez être un lecteur attentif de mes bouquins, je reste très solidaire ! :) Merci de votre message !

    RépondreSupprimer